Accueil > Présentation > La Filière ECG

La Filière ECG

Les Classes Préparatoires Economiques et Commerciales Générales

Autrefois appelées « prépa HEC »,  puis « prépa ECE » ou « prépa ECS » en fonction de leur option respective (Economie ou Scientifique), suite à leur « fusion » dans la continuité de la réforme du bac, ces classes s’appellent désormais : les Classes Préparatoires ECG (Economique Commerciale Générale).

Pour autant elles ont toujours vocation à préparer aux concours des écoles supérieures de management, de commerce et de gestion : HEC, ESSEC, ESCP Europe, EM Lyon, EDHEC, Audencia Nantes et autres ESC comme Toulouse Business School, l'ESC Grenoble, NEOMA Business School, SKEMA Business School.

La filière constitue la première étape d'une formation de niveau Bac+5, et se fixe comme objectif, au terme de 2 années d'enseignement, contribuer à former de futurs cadres de haut niveau, autonomes et ouverts, et ayant acquis une connaissance de base de l’évolution du système économique dans un contexte de mondialisation mais également offrir un socle très solide sur le plan des méthodes de travail, d’analyse, de synthèse, de recul critique et de capacité à travailler vite et efficacement.  

Fondée sur des valeurs d’excellence, la filière possède un niveau de sélectivité hiérarchisé : des écoles très sélectives (HEC, ESSEC) aux écoles plus accessibles (grand nombre d’ESC de province).

Pour autant il n’existe pas de mauvaises écoles supérieures de commerce mais des établissements adaptés à des projets personnels et de spécialisation (finance, marketing, digital…).

 Elle permet d'accéder aux métiers de :  

  • Communication et Marketing
  • Commerce, et bien entendu Commerce International - Export
  • Ressources Humaines
  • Finance, banque et Assurance,
  • Nouvelles technologies
  • Comptabilité, Gestion
  • Publicité - Presse

Un diplôme en commerce c’est presque l'assurance d'un emploi. Selon les chiffres de la Conférence des Grandes Ecoles, 85 % des diplômés obtiennent un travail 6 mois après la fin de leur formation et ils sont près de 76 % à signer un CDI dans les trois ans qui suivent l’obtention de leur diplôme.